Revues détaillées

``Elles ont testé pour nous, elles témoignent pour vous...``

-

Flora Rosa

flora rosa

• Flora Rosa a été testée par Alisson et sa fille, Mila •

« Coton supima. La réputation de ce coton chez Hubertine n’est plus à faire, c’est le coton le plus doux et le plus soyeux que je connaisse, mélangé à du lin, on retrouve la juste dose entre douceur et force ! »

Alisson est une maman porteuse expérimentée grâce à ses 2 filles qu’elle a porté dés leur naissance.

 

18/07/2017 • Flora Rosa testée par Alisson • 69% coton peigné / 21% Supima / 10% lin • Taille 6

Flora, le nouveau pattern Hubertine, je pourrais vous en parler pendant des heures, mon cœur est complètement envouté par ce nouveau motif ! Hubertine a l’art de détourner les choses les plus simples en raffinement, une fois de plus elle me laisse ébahie ! Des motifs réalisés autour de la flore – et oui elle porte bien son nom !

flora rosaCoton supima, la réputation de ce coton chez Hubertine n’est plus à faire, c’est le coton le plus doux et le plus soyeux que je connaisse, mélangé à du lin, là encore on retrouve la juste dose entre douceur et force ! L’écharpe est dense et demandera une période de rodage pour révéler toutes ses qualités. Un pli par pli qui demandera un peu de force et de dextérité au début pour avoir un corps à corps parfait, mais je suis malgré tout déconcertée par la facilité des placements de mes hamacs malgré le relief et son grammage.

Il est à noter qu’elle a une très bonne élasticité en diagonale et que cela favorise nettement le nouage. Une fois nouée, l’écharpe enrobe les épaules et le nœud ne bouge pas, soyez certain d’avoir tout le confort nécessaire, ou que vous soyez cet été en simple ou double couche! Cette écharpe à un énorme potentiel qui se laisse découvrir un peu plus à chaque utilisation, plus lourde mais sans trop de tissus en main pour ne rien changer à la réputation de la marque, mais tellement plus de moelleux et de soutenance! J’en profite pour remercier la créatrice, merci pour ce pattern si poétique et raffiné, merci pour cette couleur qui représente tout ce que j’aime, merci pour me permettre de porter mon grand bébé avec confort dans cet écrin!

La science décrit la nature, la poésie la peint et l’embellit. « Buffon »

-

Mer(e) Fidji

04/07/2017 • Mer(e) Fidji testée par Marion • 100% coton peigné • Taille 4

C’est avec une nouvelle combinaison de couleurs que le pattern Mer(e) entre dans la saison estivale !
Lorsque je reçois le testeur, il a été lavé une fois et repassé. À l’ouverture, je trouve la trame couleur sable très dominante. Puis une fois portée à la lumière, les couleurs, si fidèles à la qualité Hubertine, révèlent toute leur intensité : un bleu vif et brillant, mélange de bleu ciel, de cyan et d’une pointe de turquoise. La trame sable apporte une touche chaleureuse, profonde, parfaite pour aller avec l’été. En fonction de la lumière, l’écharpe montrera des contrastes de couleurs plus ou moins marqués, et des couleurs plus ou moins vives. Mais c’est vraiment à la lumière que les couleurs montrent leur caractère et leur brillance ! L’écharpe porte parfaitement bien son nom : elle évoque les couleurs et les variantes de teintes que l’on peut trouver sur une plage, au bord de la mer, sur une île paradisiaque.

review_mere_fidji_1Hubertine m’avait informée qu’un temps de rodage serait nécessaire… Quelle surprise de voir que dès le premier nouage, la facilité de serrage est déjà au rendez-vous ! J’ai entre les mains une écharpe fluide, qui répond bien au pli par pli, moelleuse, aérée mais suffisamment dense pour être soutenante. Le rodage va lui apporter de l’élasticité et de la douceur au toucher.

Au nouage, elle se montre confortable avec mon fils de 2 ans (12 kg), en simple couche comme en double couche. En portage dos, la remontée du 2ème hamac est en effet facilitée avec le rodage, et j’apprécie la maniabilité de l’écharpe pour la qualité de serrage qu’elle apporte. La précision de serrage n’est pas aussi importante qu’avec certains modèles Winona par exemple, mais sa maniabilité lui permet d’assurer un maintien zone par zone de l’enfant. C’est une écharpe qui se montre aussi bien soutenante en portage ventral qu’en portage dorsal, avec un petit bébé comme avec un toddler !
Je la trouve plus fine que Mer(e) Cocos. Et sa composition tout coton la rend très polyvalente et évolutive. De ce fait, je pense qu’elle conviendra sans problème à des petits bébés.

Ce testeur a été utilisé pour la séance photo de lancement de l’écharpe, et j’ai été agréablement surprise de voir comment le tissu se moule aussi précisément sur le bébé ! La maman obtient très facilement un serrage précis.
Mer(e) Fidji est une écharpe tout-terrain, un must-have notamment pour les vacances d’été, à emporter partout, facile à nouer, facile d’entretien, et confortable.

mere fidji

• Mer(e) Fidji a été testée par Marion et son fils Aaron •

« Une fois portée à la lumière, les couleurs, si fidèles à la qualité Hubertine, révèlent toute leur intensité : un bleu vif et brillant, mélange de bleu ciel, de cyan et d’une pointe de turquoise »

Marion, maman de 3 enfants portés depuis leur naissance, est également monitrice de portage et psychomotricienne.

 

-

Mer(e) Cocos

mer(e) cocos

• Mer(e) Cocos a été testée par Marion et ses trois enfants : Noélie, Romane et Aaron •

« L’écharpe est texturée, le travail de tissage est assez remarquable, dense. Les motifs ressortent bien et se trouvent très agréables sur la peau. »

Marion, maman de 3 enfants portés et également monitrice de portage, nous fait part de ses impressions.

 

22/07/2016 • Mer(e) Cocos testée par Marion • 42% coton biologique / 41% Supima / 17% lin • Taille 6

C’est avec beaucoup d’émotion et de plaisir que j’ai eu l’honneur de découvrir le nouveau prototype que l’Atelier Hubertine m’envoyait en test. A l’ouverture, ce joli coloris corail m’a mise en joie ! Comme à son habitude, la créatrice d’Hubertine a su travailler avec brio l’intensité des couleurs : franches, lumineuses, avec de jolis reflets. C’est un corail qui tire tantôt sur le rosé, tantôt sur le rouge. Le « verso » est d’une couleur claire nacrée, allant sur l’ivoire.
J’ai pris beaucoup de temps et d’intérêt à examiner ce nouveau motif. C’est une nouvelle découverte pour moi, car jusqu’à présent j’avais l’habitude de motifs géométriques plus épurés chez Hubertine. Celui-ci occupe plus d’espace sur le tissu. Je le sens « plein » : plein d’histoires, plein de mouvements… C’est une nouvelle histoire visuelle que nous raconte l’Atelier Hubertine à travers ce nouveau motif ! Et en lisant la review de Lotta sur Mer(e) Andaman, je me rend compte qu’elle a raison : ce pattern est lui aussi géométrique ! L’écharpe est texturée, le travail de tissage est assez remarquable, dense. Les motifs ressortent bien et se trouvent très agréables sur la peau.

Dans un premier temps,mer(e) cocos j’ai du m’habituer à ce visuel, l’écharpe à plat. Pour être honnête, il m’a fallu l’apprivoiser. Je craignais qu’il soit un peu « chargé ». Mais lorsque j’ai commencé à porter l’écharpe et à la nouer, le motif prend alors vie, il présente une autre dynamique. C’est un design très vivant ! J’adore le rendu lorsqu’il est porté !

Quant aux sensations de portage… C’est le coup de cœur ! L’Atelier Hubertine nous surprend avec un nouveau tissage, et une nouvelle densité du tissu. Ce nouveau design possède un nouveau caractère. Elle est moelleuse sur les épaules, se place facilement sur l’enfant (j’ai presque du mal à ressentir le lin dans sa composition !). Elle est beaucoup moins fine que d’autres modèles de la marque, mais le corps à corps qu’il offre porte bien la marque de fabrique d’Hubertine : un drappé très fluide et agréable. Le grip qu’elle présente est très intéressant, je la trouve moins glissante que certaines Joséphine B. par exemple. La note d’élasticité, propre à mon sens aux écharpes Hubertine, est un peu moins présente ici, mais elle se ressent tout de même lors du nouage : les pans sont facilement maniables, et la pointe d’élasticité est perceptible lors du serrage.

Le serrage pli par pli répond bien, mais du fait de sa densité, je trouve le résultat un peu moins précis qu’avec une écharpe plus fine. Cependant, la fluidité du tissu permet d’ajuster le serrage assez facilement. Avec un bambin, le serrage effectué correspond bien aux besoins d’installation.
En portage ventral en simple couche, avec un poupon lesté de petit gabarit, l’écharpe est très agréable et offre un bon maintien. Comme je trouve l’écharpe assez dense, l’enveloppé du bébé manque pour moi un peu de précision dans la création des lignes de tension. Personnellement, pour des petits bébés, je suis plus à l’aise lorsque l’écharpe se drape plus près du corps de l’enfant. Mais cette sensation m’est propre, et variera d’un porteur à l’autre.

En simple couche au dos, elle est très soutenante et se montre très agréable sur les épaules. En finition poitrine, les pans prennent de la place sur moi. Je suis plus à l’aise pour terminer en double noeud ventral.

Pour avoir testé Mer(e) Cocos avec une grande de 4 ans (16 kg), une enfant de 3 ans et demi (12 kg), un bambin de 14 mois (9 kg), et un poupon lesté de 3,3 kg, je trouve que c’est une écharpe polyvalente, et j’ai une préférence avec celle-ci pour le portage avec un bambin ou un toddler. Elle assure un confort incroyable, et un soutien à toute épreuve, au fur et à mesure que bébé grandit.

-

Matilda Dora M.

19/06/2016 • Matilda Dora M. testée par Lotta • 42% Tencel / 41% Supima / 17% lin • Taille 6

Cette Matilda est si récente au moment où je la reçois, qu’elle n’a pas encore de nom. Mais je vais faire au mieux pour vous la décrire et vous pourrez alors guetter sa sortie. Ce qui la rend différente des autres Hubertine, c’est qu’elle est la première écharpe de la marque en Tencel. Le Tencel est une fibre issue de cellulose de plantes provenant de bois à croissance rapide comme l’eucalyptus, par exemple, et cultivé dans des forêts gérées dans le respect du développement durable. C’est une fibre fraîche et douce qui peut absorber jusqu’à 50% d’humidité en plus par rapport au coton, ce qui la rend idéale pour porter son bébé pendant les mois les plus chauds de l’année. La trame de cette Matilda est en 100% Tencel et la chaîne est une suberbe combinaison de Supima et de lin. La teinte couleur sable me rappelle vraiment celle de Winona Crème, mais le côté clair de celle-ci est d’un blanc immaculé, très lumineux. Le Tencel étant lisse et brillant, le côté sable possède un bel éclat, tandis que le côté clair a un aspect plus mat.

matilda dora mS’agissant des qualités de portage, ce n’est pas une surprise si cette Hubertine ressemble à ses « sœurs » avec une apparence fine en main, mais un grammage élevé qui dépasse les 300 g/m2. Le motif Matilda possède peu de relief ; ici combiné au Tencel et à la douceur du Supima, il offre un soutien certain malgré une sensation fine en main. Le tissage et la surface lisse en font une écharpe facile à nouer avec un nœud petit, mais ferme. Pas d’encombrement ! Comme vous pouvez le voir sur les photos, j’ai réussi à faire une jolie finition avec un Charlie’s cross carry sans effort, alors qu’enrouler les pans autour de la bande passante au niveau la taille peut s’avérer vraiment difficile avec une écharpe épaisse ou agrippante. Ceci étant, je trouve que cette Matilda a une bonne prise en main, elle n’est pas glissante et reste bien en place.

Cette Matilda, portée en multi couche, offre un grand soutien sans être encombrante. Je l’ai déjà dit ? Sans une once d’encombrement ! J’aime ! La mienne a encore besoin d’un peu de rodage. Le lin a cette petite raideur caractéristique qui ne la rend pas très malléable pour le moment, mais je suis sûre qu’elle va se transformer en une écharpe moelleuse à souhait à l’usage et avec un peu d’amour. Et elle n’est pas très extensible. Pour ceux d’entre vous qui trouvent que les écharpes extensibles ont tendance à s’affaisser après un certain temps, c’est un excellent choix. Les pans glissent facilement, elle est facile à nouer et reste bien en place, même sur de longues promenades.

J’ai aussi utilisé cette Matilda en kangourou dos (car qui n’aime pas avoir de longs pans bruissants… à partir du moment où on n’a pas besoin de bouger !) et correctement nouée, c’était parfait. Ce n’est peut être pas le choix idéal pour ceux d’entre vous qui recherche une écharpe très moelleuse ou dont les nœuds sont parfois imparfaits. Le serrage pli par pli est très facile en revanche, et j’imagine cette écharpe en taille courte idéale pour l’été : suffisamment légère pour la glisser dans le sac de plage, facile d’entretien et une couleur neutre qui avec tout. Une vraie bête de somme, la classe en plus.

matilda dora m

• Matilda Dora M. a été testée par Lotta et sa fille Edith •

« Cette Matilda, portée en multi couche, offre un grand soutien sans être encombrante. Je l’ai déjà dit ? Sans une once d’encombrement ! J’aime ! »

Lotta possède une grande expérience du portage grâce à ses 2 enfants qu’elle porte depuis leur naissance.

 

-

Mer(e) Andaman

mere andaman

• Mer(e) Andaman a été testée par Lotta et ses deux enfants, Edith et Albert •

« Le design, les qualités de portage, la brillance, la facilité d’entretien : elle est parfaite en tout point »

Lotta possède une grande expérience du portage grâce à ses 2 enfants qu’elle porte depuis leur naissance.

 

22/06/2016 • Mer(e) Andaman testée par Lotta • 42% Tencel / 41% Supima / 17% lin • Taille 4

Comment ne pas aimer cette écharpe au soleil, à la mer, en été ? Le motif, les qualités de portage, la brillance, la facilité d’entretien : elle est parfaite en tout point. Mer(e) est le tout dernier design d’Hubertine et depuis mon premier coup d’œil sur une petite chute de tissu d’une belle couleur corail, j’ai su qu’il serait à tomber. Le motif est une interprétation joyeuse et stylisée de la vie aquatique dans laquelle un récif corallien s’est métamorphosé en tissu et qu’une touche géométrique a fait basculer du côté ludique à artistique.
Les groupes de coraux et d’anémones sont composés d’hexagones, par groupes de trois, qui créent un ensemble foisonnant et graphique sans être trop chargé.

mere andamanQue dire de la couleur ? Cette couleur ! Je l’ai depuis quelques temps maintenant et je ne saurais toujours pas dire si c’est un bleu vif ou pâle, turquoise glacé ou encore vert d’eau. C’est une couleur vraiment intense, claire et lumineuse qui est très attrayante. Elle est rehaussée par une chaîne d’un blanc impeccable en Supima et lin. La trame est en 100% Tencel, une fibre recyclée issue de l’eucalyptus. L’écharpe est très douce, brillante, lavable en machine – ce que j’apprécie particulièrement pour les écharpes d’été – et s’assouplit considérablement après le premier lavage. Elle a néanmoins besoin d’un temps de rôdage – probablement à cause du lin – même si elle est déjà très malléable, douce et étonnamment moelleuse. Dans mon expérience, le lin et le Tencel raisonnent comme quelque chose de plat et sans vrai confort. Ce n’est pas le cas ici, cette écharpe se place agréablement sur mes épaules.

Le tissage de Mer(e) est – comme toutes les Hubertine que j’ai pu essayer – complexe, dense et plein de détails. Il y a beaucoup de fils fins qui créent une écharpe compacte, environ 320 g/m2, qui reste moyennement fine en main et avec un soutien remarquable. Ce motif tout comme Joséphine B., sont tout deux très confortables. Mer(e) a un ce petit côté légèrement spongieux et moelleux, sa structure tridimensionnelle lui donne presque un effet estampé. Cette longue taille 4 a vraiment été idéale pour nous parce qu’elle fonctionne tout aussi bien en simple couche qu’avec un double hamac noué sur les pointes. Les pans se mettent en place facilement et il n’est pas nécessaire d’être minutieux pour obtenir un kangourou dos bien soutenant. L’élasticité est bien là, permettant de faire facilement des bandes passantes agréables. J’ai pu tondre ma pelouse avec un bambin enthousiaste de presque 4 ans sur le dos et j’ai été agréablement surprise par le confort de cette écharpe, malgré une lutte acharnée d’une demi-heure pour maitriser la machine !

Je pense que Mer(e) Andaman – probablement la première d’une longue série – est une écharpe facile adaptée à tous les âges et à toutes les tailles. Ce ne serait pas mon premier choix pour un nouveau-né avant qu’elle soit bien rodée. Mais, elle fera des merveilles avec le temps que ce soit pour apprendre de nouveaux nouages, l’emmener en vacances, en sortie tout terrain ou encore pour s’y blottir tranquillement le soir sur le canapé…

-

Syrinx Eden

17/06/2016 • Syrinx Eden testée par Priscilla • 42% coton biologique – 41% Supima – 17% lin

Au premier coup d’œil, encore glissée dans son sac, c’est le coup de cœur comme j’en ai rarement pour une écharpe rose. Un rose Hubertine, un rose gourmand, un rose bonne mine, un rose pastel qui change avec la couleur du ciel, s’illumine avec les rayons du soleil, allant du rose bonbon au rose blush. Ce rose marié à un blanc cassé se révèle ultra lumineux. Il présente les particularités esthétiques du lin, discrètement moucheté et légèrement froissé après portage, lui apportant du caractère.

J’ai eu la chance de porter tous les motifs Hubertine dans différentes compositions et je peux encore une fois l’affirmer : le tissage des Syrinx est très soutenant. A la fois poétique et géométrique, très texturé, il a la particularité de répondre parfaitement au pli par pli sans l’élasticité caractéristique de Joséphine B. ou de Matilda, ce qui le rend adapté aux petits, mais surtout aux grands.

Cette Syrinx est d’épaisseur moyenne et dense. L’écharpe n’est pas glissante, elle n’accroche ni trop, ni trop peu. Le lin associé au coton Supima permet d’avoir une écharpe très maniable, et ce, dès les premières utilisations. En effet, j’ai porté Eli (12 mois/9kg) et Madi (34 mois/14kg) et je n’ai rencontré absolument aucune difficulté. Les hamacs se placent facilement et rapidement, Syrinx Eden répond très bien au pli par pli.

Je l’ai portée chaque jour à raison de 3 fois par jour, et je peux assurer que le rodage sera vraiment rapide ; le lin utilisé ici n’est pas « cartonné ».

Hubertine est généreuse, cette taille 6 affiche 5m sur 64cm de largeur.
Coté sensations de portage, la magie opère a nouveau: elle est très soutenante. Avec mon petit, elle n’a pas bougé même après 2h de ballade. Je n’ai pas eu besoin de réajuster mon nœud et ce, même en simple couche. Avec mon grand, même constat : elle ne bouge pas, ne poche pas et les ourlets supérieurs ne se sont pas détendus. Un soutien sans faille si une installation correcte a été faite au préalable, l’écharpe a du grip mais elle est redoutablement précise.

Pour résumer je dirai que Syrinx Eden est tout ce qu’on attend d’une écharpe contenant du lin. Parfaite pour l’été, soutenante, respirante, facile d’entretien et à la portée de tous, les débutants comme les confirmés pourrons apprécier ses qualités

syrinx eden

• Syrinx Eden a été testée par Priscilla et ses fils Eli et Madi •

« Au premier coup d’œil, encore glissée dans son sac, c’est le coup de cœur comme j’en ai rarement pour une écharpe rose »

Priscilla est maman de quatre enfants, c’est une porteuse aguerrie !

 

-

MATILDA Rosalind

revue hubertine matilda rosalind

• Matilda Rosalind testée par Frédérique et sa fille Cléo •

« le résultat est très doux et j’ai été surprise de trouver que ce coloris allait avec la plupart de mes vêtements… »

Frédérique a découvert le portage il y a 6 ans maintenant. Elle est amatrice de belles étoffes et collectionneuse d’écharpes de portage.

19/11/2015 • Matilda Rosalind testée par Frédérique • Taille 6 • 100% coton égyptien • 350 g/m2

J’ai la chance d’avoir pu essayer plusieurs écharpes d’Hubertine. J’ai tout de suite aimé l’esthétique de ses motifs, et j’ai été ravie d’aimer tout autant ses qualités de portage… Je dois avouer que ce fut un soulagement, vu l’affection que je porte à la créatrice de la marque et l’admiration que j’ai pour sa vision du portage, du style et de la qualité… Ce que j’apprécie également, c’est que porter avec Hubertine permet de se cultiver en matière de féminisme et de figure historiques féminines dont je n’avais jamais entendu parler !
Alors lorsqu’on m’a proposé d’essayer et de donner mon avis sur cette nouvelle écharpe, dans un nouveau motif, et une composition que je n’avais encore jamais testée chez elle, j’ai essayé de ne pas le montrer mais je n’avais qu’une envie  : sauter de joie. Il faut dire que mon « bébé » a bientôt trois ans, et pèse environ 14 kilos… Tester des écharpes de portage ne sera bientôt qu’un merveilleux mais lointain souvenir… Alors j’apprécie d’autant mieux l’opportunité qui m’a été donnée de porter la belle Matilda dans sa version tout coton et habillée d’or et de lavande, prénommée Rosalind !
Un mot pour commencer sur le coloris : j’adore cette couleur de chaîne, « noisette » (ou cappuccino ?). C’est la même que celle de Winona Chocolat et de Joséphine B. Naïade, que je n’ai vues qu’en photo. Cette couleur est vraiment dure à décrire. Entre doré et naturel, ou encore entre vieux rose et beige, c’est une superbe couleur neutre aux reflets lumineux, qui n’a en fait rien de neutre ! Combinée ici à un fil mélangé mauve/lavande, le résultat est très doux et j’ai été surprise de trouver que ce coloris allait avec la plupart de mes vêtements… Car oui, même quand je ne sors pas, j’assortis mes écharpes à mes vêtements. Ou plutôt le contraire d’ailleurs et je suis sûre que je ne suis pas la seule!
A propos du motif : pour moi, Winona était la quintessence du motif Art déco, celui que j’attendais, après plus de deux ans de «  collectionnite aiguë  » d’écharpes.
Joséphine B. est aussi une réussite, et présente le même genre de motif intriqué, petit, abstrait, tout en étant très différent…
Quand j’ai vu le bout d’image présentant le prochain motif, Matilda, je n’ai pas été déçue. J’avais hâte d’en voir plus, et je fantasmais sur ce que j’imaginais ressembler à des traces de pinceau. Dans la réalité, je pense toujours à des traits de pinceau, mais j’aime qu’ils forment un motif. Un grand motif formé de petits motifs. Simple et complexe à la fois, plus marquant visuellement que les deux premiers, mais toujours sobre et élégant, ce qui constitue pour moi l’identité visuelle d’Hubertine…
D’ailleurs, à propos d’identité visuelle, je ne me lasse pas de ce détail néanmoins essentiel du logo tissé dans l’écharpe même. J’imagine qu’à intégrer au design, à tisser et à finir, ça doit ajouter à la complexité de la chose, mais quelle classe !review_Matilda_Rosalind
Point de vue portage, maintenant : en tant que maman d’une désormais écolière, je ne porte plus quotidiennement, loin de là. Mais en deux semaines, Matilda a été témoin de deux siestes (d’à peu près une heure chacune), l’une en simple croisé devant, et l’autre en double hamac dos. Elle a aussi porté ma fille pour des temps plus courts (entre 5 et 45 minutes) tous les deux jours environ, en variant un peu les plaisirs : simple croisé devant, enveloppé croisé, kangourou renforcé finition tibétaine, et double hamac (c’était une taille 6). Point de vue qualités de portage, je dois dire que je n’ai pas été surprise… Pas de scoop à vous annoncer : le coton d’Hubertine est aussi soutenant et dense que je l’attendais de sa part !
J’ai surtout porté des Winona : Prune avec du mérinos, Sanguine de la soie et Crème avec du lin. Malgré leurs différences, leur tissage est toujours tellement dense qu’on pourrait porter un éléphant avec. Leur grammage est toujours très élevé, sans qu’elles soient d’ailleurs particulièrement épaisses… Celle-ci ne fait donc pas exception : malgré son grammage de 350 g/m2, elle est plutôt fine, ou d’épaisseur moyenne tout au plus !
Le motif Matilda est bien moins texturé, plus lisse, et a donc un toucher plus doux que Winona. Cependant, il accroche suffisamment, et porter ma fille de quasi-14 kg était facile et confortable. Bien que l’écharpe ne fût pas encore rôdée, la nouer ne présentait aucune difficulté, et une fois en place, elle ne bougeait plus, même avec un simple nœud !
Franchement, pour une écharpe en coton si dense et qui avait été simplement lavée et repassée avant que je ne l’essaie, elle était déjà étonnamment douce et malléable. On peut facilement imaginer qu’une petite période de rôdage lui enlèvera toute « sécheresse » pour révéler tout son potentiel de moelleux… Et ça me fait vraiment plaisir qu’une composition si simple et facile d’entretien soit si agréable à porter, car le prix de certaines compositions plus luxueuses peut faire hésiter… Tout le monde ne peut/veut pas se permettre d’acheter des écharpes rendues coûteuses non seulement par le souci d’éthique et d’écologie de la fabrication, la volonté de produire local, de faire certifier la qualité, mais aussi par l’utilisation de fibres de luxe ! C’est pourquoi une Hubertine en coton est une excellente nouvelle.

En résumé, je recommanderais cette écharpe à un porteur de tout niveau et pour un porté de tout âge. Elle est idéale avec un bambin, mais sans doute parfaite une fois rôdée avec un tout-petit… Hubertine est vraiment l’une des marques pour lesquelles j’ai un gros faible, alors que la fin du portage approche ici ; et cette fois encore, je ne suis pas déçue.
Je souhaite longue vie à Matilda et à Hubertine !

-

Winona Crème

29/06/2015 • Winona Crème testée par Lotta • 83% coton – 17% lin

En voyant que le tirage au sort était lancé, je me suis dit que c’était le bon moment de vous écrire une revue approfondie de la nouvelle Winona ! C’est la 3ème composition qui sort dans ce modèle, les deux premières étant un mélange de coton et de laine mérinos, et l’autre, une base coton avec de la soie. Elle a beaucoup de choses en commun avec ces versions colorées. Comme les deux premières, Crème est une écharpe dense avec un bon poids en main, mais elle n’est pas volumineuse une fois portée. Elle atteint étonnamment les 350g/m2 après lavage (elle n’est pas encore rôdée, mais on y travaille !), mais grâce à son tissage dense, elle ne pèse pas sur les épaules. Sortie de son sac – elle a déjà été lavée et repassée une première fois – Crème est dense et possède une brillance incroyable. Le lin non teint accompagne parfaitement le coton écru pour créer une teinte très sophistiquée suffisamment colorée pour ne pas attirer pas les tâches. Je le sais car je noue souvent les écharpes sur des chemins de forêt, des sentiers, de l’herbe mouillée… Le motif ajoute de la texture et juste ce qu’il faut d’adhérence pour que les pans puissent glisser facilement, mais rester bien en place. Après l’avoir portée, relavée, repassée encore à la vapeur, elle s’assouplit un peu plus et commence à révéler un potentiel de douceur avec le temps. Il faut faire attention dés le départ au placement des pans sur les épaules (à moins que vous préfériez le double hamac façon pagne dont tout le monde raffole en ce moment) – que ce soit pli par pli ou en sandwich, Crème est douce et équilibrée, mais installée à la va-vite, elle peut créer des tensions. Quand j’ai enfin réussi à convaincre mon presque-3-ans de grimper avec Crème, j’ai enfin eu l’impression de « comprendre » cette écharpe d’une manière différente que lorsque je l’avais utilisée avec ma toute petite. Avec un bambin, elle se révèle véritablement.

review_Winona_CremeC’est une écharpe avec une superbe extensibilité qui permet de faire des bandes passantes bien ajustées et confortables. Comme la Crème que j’ai ici est une taille 4, j’ai fait un simple kangourou dos qui est un nœud de base pour moi lorsque quand je porte mon bambin – Je n’ai pas toujours le temps (ou plutôt, IL n’a pas toujours le temps) de faire un bon nœud à couche multiple, alors pour que ça fonctionne bien, ça doit être un bon kangourou dos. Et Crème est vraiment agréable, qu’elle soit nouée devant ou avec une finition tibétaine. Elle est facile à ajuster grâce à sa texture et reste bien en place, sans aucun effort.

Crème nécessite et peut prendre un bon temps de rodage, la nôtre n’est d’ailleurs pas encore complètement rôdée. Elle est agréable telle quelle, mais c’est une écharpe dont on peut prédire qu’elle se bonifiera avec le temps et deviendra fantastique une fois bien rôdée. Le blend facile d’entretien rend la tâche plus facile encore puisqu’on peut la laver, la repasser à la vapeur, l’utiliser comme couverture, la laver encore sans avoir à craindre d’abimer des matières fragiles. Les reflets dorés sont parfaits pour l’été et combinée avec des vêtements légers, en lin naturel ou un simplement avec jean, Crème est l’écharpe parfaite pour vivre toutes sortes d’aventures estivales.

revue hubertine Winona Creme

• WINONA Crème a été testée par Lotta et son fils Albert •

« Winona Crème est une écharpe dense avec un bon poids en main, mais elle n’est pas volumineuse une fois portée »

Lotta possède une grande expérience du portage grâce à ses 2 enfants qu’elle porte depuis leur naissance.

 

-

Joséphine B. à la PIscine

hubertine josephine b a la piscine

• Joséphine B. à la Piscine testée par Maria et son fils •

« La couleur est fantastique. C’est un bleu lumineux qui me fait penser à un ciel bleu avec des nuages duveteux un jour de soleil à la plage ! »

Maria avait testé auparavant Winona Sanguine, elle nous livre maintenant ses impressions sur Joséphine B.

 

14/07/2015 • Joséphine B. A la piscine testée par Maria • 100% coton • Taille 6, non lavée et non portée / Le petit porté : 27 mois – 10,5 kg /

On m’a demandé si je voulais tester et écrire une revue sur la toute première écharpe 100% coton d’Hubertine. Je viens de découvrir cette marque qui a déjà sorti 4 écharpes du modèle Winona dont 2 avec soie et 2 autres avec laine mérinos. J’ai déjà eu l’occasion d’essayer Winona Sanguine (12% de soie) et j’en suis tout de suite tombée amoureuse. Comme j’ai une autre Joséphine en soie ici avec moi, je peux directement effectuer des comparaisons. Le design Joséphine B. est – comme celui de Winona – très géométrique et détaillé, ce que j’aime beaucoup. On peut regarder cette écharpe pendant des heures comme si elle s’animait et on y découvre toujours de nouvelles lignes et de nouveaux motifs. D’ailleurs, le motif donne beaucoup de structure à l’écharpe, on peut vraiment la sentir. Elle ne glisse pas entre les mains comme la version en soie, c’est plutôt comme une bonne poignée de main amicale et donc une sensation très agréable. Le tissage n’est ni trop dense ni trop mou, donnant à cette écharpe une bonne élasticité dans la diagonale. C’est important pour une écharpe étroite (59 cm) afin de réaliser un nouage correct et de créer une bonne assise. J’aime beaucoup les écharpes étroites et n’arrive plus à nouer avec une largeur de plus de 65 cm sans lutter alors ce n’était pas du tout un problème pour moi. La couleur est fantastique. C’est un bleu lumineux qui me fait penser à de la crème glacée, un ciel bleu avec des nuages duveteux un jour de soleil à la plage.

Que de bonnes choses en somme ! C’est une couleur qui vous met de bonne humeur, elle est parfaite avec un jean mais reste élégante pour une plus grande occasion, même si elle n’a pas la brillance de la Joséphine B. version soie. Je l’ai portée 5 ou 6 fois avec différents nœuds et elle s’est assouplie à chaque fois. Je pense d’ailleurs qu’il y a un fort potentiel à ce qu’elle devienne encore plus souple à l’usage. Je dirai que c’est une écharpe moyennement épaisse qui est parfaitement adaptée aux bambins. Elle a l’air plus soutenant que son équivalent en soie, mais elle a aussi plus de structure et ne glisse pas aussi facilement. C’est une écharpe parfaite pour un kangourou dos. Au début, il est nécessaire de fournir un petit effort pour resserrer les pans, mais au fur et à mesure qu’elle s’assouplit, cela devient de plus en plus facile. Rien ne s’affaisse ni ne bouge une fois que le nœud est en place et j’ai pu porté mon fils de 2 ans plus d’une heure avec une simple couche. review_JosphineB_PiscinePour des nœuds à couches multiples comme le double hamac, c’est un peu plus difficile de faire passer le premier pan sur l’autre. En effet, la structure de Joséphine B. la rend bien agrippante. Si vous l’ajustez correctement, vous verrez à quel point elle est soutenante et confortable, même au cours de longues balades. Avec son design fin et détaillé, elle semble être plus épaisse que Winona et je ne la recommanderai pas pour un nouveau-né. Mais si votre bébé est un peu plus grand, cette écharpe est polyvalente et très facile d’entretien. Elle passe en machine, alors il est inutile de s’inquiéter en cas de salissure. Elle est suffisamment respirante par temps chaud : je l’ai testée à une température ambiante de 25° sans transpirer. Je pense aussi que c’est une écharpe utilisable par les porteuses/porteurs débutants comme par les confirmés. Ma conclusion : vous ne pouvez pas vous tromper en choisissant cette écharpe à moins de ne pas apprécier une largeur étroite.

-

Joséphine B. dans la Lune

15/06/2015 • Joséphine B. Dans la Lune testée par Lotta • 83% coton égyptien – 17% lin

Quel suspense ! L’équipe d’Hubertine ne m’avait communiqué aucune information quant à son nouveau motif ; elle voulait que ce soit une surprise totale quand je le recevrai. Qui n’aime pas les bonnes surprises – surtout lorsqu’elles sont aussi éblouissantes que Joséphine B. ? Le premier aperçu que j’en ai en eu à travers le sac Hubertine me disait dans les grandes lignes : argenté, douceur, brillance ! Josephine B. est la petite sœur fluide et légère des Winona, mélange de soie et de laine qui ont été les premiers modèles d’Hubertine. Plus légère en main et un peu plus fine aussi, Joséphine B. a les mêmes grandes qualités de portage et les mêmes allures de belles rues parisiennes que les Winona, mais elle a une brillance plus prononcée avec un tantinet moins de densité. Dans la Lune est une longue taille 6, nous l’avons utilisée assez intensément avec mon mari. Elle est ourlée sur les bords opposés, permettant de la porter d’un côté comme de l’autre – ce que j’aime beaucoup. review_JospehineB_Dans-la-luneJe place toujours le côté argenté vers l’extérieur, mon mari, lui, préfère l’écru. « Son » côté est plus aérien et la teinte est d’un écru doux et chaleureux. « Mon » côté est super soyeux et brillant avec le motif écru qui ressort bien. Et quel motif ! Il est tellement détaillé que je suis, en fait, assise avec Josie sur mes genoux pour pouvoir vous en parler. Elle rayonne de glamour vintage ! L’inspiration Art Déco est évidente et fait mouche avec ses lignes fluides et légères. Le motif est captivant sans jamais être surchargé. J’y distingue des chandeliers, des labyrinthes, des étoiles, des croix, des carreaux et des vagues, tout ça est très stylisé, épuré et délicat. Restons-en là avec l’apparence et le bavardage – Je suis éblouie par la lumière que dégage Joséphine B. et la choisirait probablement parmi toutes mes écharpes si celles-ci venaient toutes à virer soudainement au noir… J’ai une taille 6, un peu longue avec ses 4,86m et son poids est étonnamment de 308g/m2 après lavage et portage. Le poids est plutôt trompeur, probablement à cause de l’élasticité et d’après mon expérience (assez chevronnée maintenant), elle donne plutôt la sensation d’une écharpe de 270g/m2 voire moins. On est loin de quelque chose d’épais et d’encombrant, le nœud est précis et l’ajustement facile. Il n’y a pas de plis ou de bosses sur la bande passante qui pourraient être difficiles à reprendre comme sur des écharpes épaisses. La largeur y est pour beaucoup : 61 cm. C’est un chiffre qui pourrait en décourager certain(e)s, mais je trouve que ça fonctionne très bien, même avec un bambin de 90cm. A mon sens, un kangourou dos est un des nœuds qui met la largeur d’une écharpe à l’épreuve puisqu’il n’y a qu’une seule couche qui doit aller du dessous des fesses de l’enfant jusqu’à sa nuque. Et bien ça a parfaitement fonctionné pour nous. Bien sûr, on ne peut pas tirer le tissu jusqu’au nombril du bambin, mais avec un peu d’attention pour placer la ligne centrale (de la largeur) de l’écharpe, il n’y a aucun souci. Et vous n’avez pas tout ce tas de tissu amassé en haut du corps au niveau de la bande passante ! (Ou peut-être que c’est juste un problème qu’ont les personnes de petite taille comme moi…?) Joséphine B. Dans la Lune (j’étais déjà conquise rien qu’en entendant son nom, c’est tellement poétique !) a juste besoin d’un lavage et de quelques câlins pour être rodée. Alors faites un accueil chaleureux à ce petit bijou, chaussez votre groove à Charleston et buvez un gin rickey ou même 5 !

hubertine josephine b dans la lune

• JOSEPHINE B. Dans la Lune testée par Lotta, son mari et leur fille Edith •

Elle rayonne de glamour vintage ! L’inspiration Art Déco est évidente et fait mouche avec ses lignes fluides et légères.

Lotta possède une grande expérience du portage grâce à ses 2 enfants qu’elle porte depuis leur naissance.

 

-

WINONA SARCELLE

hubertine winona sarcelle

• Winona Sarcelle testée par Laurie •

« Un mot : douceur. Sous vos doigts, vous pouvez sentir la structure changer. L’écharpe est fine en main[…]facile à manipuler. »

Maman de 3 enfants et monitrice de portage, amatrice de tissus, Laurie est une porteuse d’expérience.

 

4/03/2015 • Winona Sarcelle testée par Laurie • 88% coton égyptien Oeko-Tex – 12% soie Mulberry Oeko-Tex • 5 mètres

J’ai eu la chance d’essayer cette nouvelle écharpe. J’ai déjà une Winona Bleue en taille 4 que j’aime beaucoup.   Que voit-on ? La couleur est difficile à décrire. Certain(e)s la voient verte, d’autres turquoise, sur une chaîne écrue. Le design est le même que les coloris Bleue et Prune, mais ici, nous avons plus de brillance grâce à la soie. Je suis sûre que la couleur sera plus intense lorsque l’écharpe sera bien rôdée et que toutes les fibres prendront leur place définitive. Avez-vous remarqué que le logo est directement intégré dans le tissage, sur la pointe ? C’est très subtil ! Le côté foncé m’a l’air un peu plus moelleux et le côté clair a définitivement un style Art Déco, c’est celui que je préfère. Chaque partie du motif semble être tissée de manière spécifique et indépendante. Pris dans son ensemble, c’est un véritable travail d’artiste.   Que sent-on ? Un mot : douceur. Mais sous vos doigts, vous pouvez sentir la structure changer. L’écharpe est fine en main. Elle n’est pas lourde lorsque vous la tenez à bout de bras, facile à manipuler. L’élasticité est parfaite dans la diagonale et lehubertine winona sarcelle design y fait pour beaucoup. Un des aspects spécifiques est que cette Hubertine tient très bien en place, l’élasticité a comme un effet « mémoire de forme » lorsqu’on place l’écharpe autour de son bébé.   Quelles sont les sensations de portage?  L’écharpe est fine et légère, je l’ai déjà évoqué. Elle est très maniable. Commençons notre nœud : le middle marker est facilement repérable du bout des doigts ; il n’y a pas d’envers ou d’endroit. L’écharpe accroche légèrement sur les vêtements, mais sans poser de problème si vous avez besoin de déplacer le tissu. L’assise est facile à créer et je n’avais pas noté que la largeur ne faisait que 62 cm jusqu’à ce que je la mesure pour écrire cette revue.   Faire une bande passante est facile car l’écharpe est fine alors il n’est pas nécessaire de trop ajuster. Le deuxième hamac a été plus problématique pour moi, mais c’est normal : j’ai tiré trop fort et j’ai fait passé la bande du hamac sur la tête de ma bambine… C’est la preuve que nous avons tous besoin d’un petit temps d’adaptation avec une nouvelle écharpe. Personne n’est parfait !   Après avoir rectifié le tir, tout est rentré dans l’ordre. L’ajustement au niveau des épaules doit être fait avec attention si vous portez un bambin ou un grand bébé en raison de la soie. Le tissu est très soutenant, mais nécessite de la précision dans le placement, centimètre par centimètre. Après ça, vous pourrez courir ou sauter, ça ne bougera pas d’un poil.   Une chose est certaine : cette écharpe est tissée avec des fils de très grande qualité. La conception est luxueuse, on le voit à l’écharpe elle-même mais également dans le soin apporté au packaging. Ouvrir un paquet Hubertine, c’est un moment hors du temps. Faites-le avec une tasse de thé, seule et savourez.   Enfin et surtout, merci à Julie et Alexandra de m’avoir laissée jouer avec ce testeur. C’était un plaisir !

-

WINONA Bleue

27/02/2015 • Winona Bleue testée par Lotta • 75% coton – 25% mérinos

Le premier aperçu que j’ai eu du design Winona d’Hubertine, c’est un petit bout de motif géométrique fascinant qui apparaissait sous un manteau. C’était un coloris prune profond et lorsque j’ai vu son équivalent en bleu marine, j’ai été happée. J’AIME le bleu marine et le design avait attiré mon attention depuis le début avec son tracé et ses carrés répétés. Quand l’écharpe est arrivée chez moi, tout ce que je savais d’elle, c’était sa composition (75% coton, 25% mérinos, le tout estampillé Oeko-Tex) et son design. Le reste était une surprise. De ce que j’en avais vu en photo, je m’attendais à une écharpe plutôt facile d’utilisation, d’épaisseur moyenne et la laine (que j’aime beaucoup) me laissait imaginer un effet rebond et de l’élasticité. J’ai alors été plutôt étonnée en soulevant l’écharpe – elle est assez lourde en main ! – surtout que c’est une taille 6. En fait, c’était tellement lourd que mon cœur s’est arrêté un instant, me disant que je ne pourrais jamais l’utiliser avec mon tout petit bébé de 2 mois. Et mon bambin n’avait plus envie de monter dans une écharpe depuis quelques temps déjà. Mais quand j’ai arrêté d’y penser et que je me suis mise à la porter (avec le bébé !), j’ai été à nouveau surprise : c’est un tissage dense, aucun doute là-dessus, et ça semble plutôt uniforme et pas extensible au toucher, mais une fois dépliée, elle prend vie de manière incroyable. On dirait VRAIMENT une écharpe d’épaisseur moyenne et il est tellement facile de la nouer. Elle ne semble pas très souple, review_Winona_Bleue-Lottamais c’est lors de sa mise en place, que son extensibilité se révèle. Après avoir porté bébé E. quelques fois (c’est rapidement devenu notre cheval de course), je croyais qu’elle avait un poids équivalent à 280-290g/m2. C’est un poids significatif, mais pas rédhibitoire pour autant, une bonne écharpe d’épaisseur moyenne plutôt dense. Et elle ne prend pas beaucoup de place une fois pliée. Alors j’ai sorti ma balance et mon mètre-ruban et j’ai été très surprise du résultat : plus de 330g/m2 après lavage ! Ça ne ressemble à aucune écharpe de poids comparable que j’ai pu essayer ; cela en raison du tissage dense et lisse. Vous savez ce que les écharpes denses et lisses m’évoquent ? Le genre de grosse écharpe bien épaisse qui fatigue à chaque effort et qu’on ne peut pas ajuster correctement… Mais pas celle-ci. Son tissage uniforme en fait vraiment une écharpe facile à ajuster, surtout lorsque l’on fait des choses difficiles comme créer une assise pour de toutes petites fesses. La structure du motif laisse place à une bonne adhérence et comme l’écharpe n’est pas du tout rêche en main, les pans glissent assez facilement. C’est ce mélange qui maintient tout en place une fois l’écharpe nouée, mais qui n’entrave pas la réalisation du nœud ou l’ajustement des plis. Après avoir amadouer mon bambin avec quelques chips, j’ai finalement réussi à le faire monter lui aussi et même si j’ai beaucoup apprécié les qualités de Winona avec un nouveau-né, elle EXCELLE avec un bambin. Ma préférence est allée d’écharpes très fines à super épaisses et je me tourne maintenant vers des écharpes moyennes à épaisses. C’est agréable de ne pas avoir un nœud de la taille d’une tête de chou, si vous voyez ce que je veux dire ! Autrement dit, c’est exactement ce qu’il me faut. Alors voilà un résumé pour ceux qui n’auraient pas lu mon roman. Mes impressions sur Winona Bleue se résument à ça : Un bon choix si vous voulez une bête de somme. Fonctionne très bien avec les tout petits, mais elle excelle avec un bambin lorsqu’elle est bien ajustée, permettant ainsi de profiter au mieux de l’élasticité qui maintient les plis en place. Ce n’est peut-être pas l’écharpe à utiliser si vous vous lancez dans un nouveau nœud ou un nœud complexe en raison de son accroche et de son poids (en tout cas, je trouve qu’il est plus facile de s’exercer avec une écharpe fine et souple). Parfaite pour les longues marches lorsque vous avez besoin de soutien et que vous n’avez pas envie de réajuster le nœud. Je n’ai JAMAIS réajusté celle-ci et c’est plutôt inhabituel ! Au toucher, Winona a plutôt la douceur du velours que celle du ventre d’un chaton et la qualité des fils apparaît clairement. Fonctionne très bien avec les nœuds faits à la va-vite, ceux qu’on ne fait pas parfaitement et c’est excusable, mais c’est un vrai bonheur à utiliser avec un nœud correctement ajusté au pli par pli et en fixant bien les pans de l’écharpe.

revue hubertine winona bleue

• WINONA Bleue testée par Lotta, avec Edith 2mois •

« Son tissage uniforme en fait vraiment une écharpe facile à ajuster »

Lotta possède une grande expérience du portage grâce à ses 2 enfants qu’elle porte depuis leur naissance.

 

-

revue hubertine winona bleue

• Winona Bleue testée par Trish •

« Le stretch et le maintien, une fois l’écharpe ajustée contre mon bébé et moi, sont à tomber. »

 16/02/2015 • Winona Bleue testée par Trish • 75% coton – 25% mérinos

Atelier Hubertine, petite entreprise aux débuts plus que prometteurs et créée par deux amies porteuses, a les pieds bien ancrés dans la patrie de la haute couture. Cette entrée Française sur le marché m’a intriguée et j’ai été enchantée de recevoir un testeur ici en Suède. Les premiers modèles d’Hubertine sont Winona Prune et Winona Bleue, le modèle Prune étant mis en vente aujourd’hui même (!), et la rumeur veut que Bleue fasse son apparition d’ici deux semaines. Le design géométrique de l’écharpe est sophistiqué, à la fois pur et élégant. Quand Winona Bleue est arrivée, j’ai été surprise au toucher, que Bleue soit tissée avec 75% de coton et 25% de mérinos. Il est rassurant de savoir que les fibres utilisées par la marque ainsi que les étiquettes sont toutes certifiées OEKO-TEX. Ce n’est en rien comparable avec les autres écharpes en mérinos que j’ai pu essayer. En fait, il n’y a pas de sensation laineuse. Au premier contact, l’écharpe est douce et robuste, mais pas du genre lourd-comme-une-brique-qui-va-me-faire-suer-à-chaque-fois-que-je-croise-un-pan, si c’est ce que vous pensez. Non, ce n’est pas du tout cette sensation là. Elle est dense et lourde (environ 320 g/m2) et on a pourtant une impression de légèreté et de fluidité. Elle semble pouvoir se nouer toute seule, de manière très relaxe. Et cette couleur ! Ce bleu marine est parfait, il a complété ma palette pour la saison. C’est une belle prise ! Et le logo tissé directement dans la pointe de l’écharpe est vraiment cool ! Après ces premières impressions, j’ai tout de suite eu envie de faire plus ample connaissance. Je l’ai reçue après un premier lavage et j’ai été fascinée de voir comment le charme géométrique opérait et comment il évoluait quelques jours seulement après que nous ayons fait intimement connaissance. J’étais ravie de l’avoir chez nous quelques temps pour nous permettre de jouer avec et essayer différents nouages deux semaines durant : ballade au bord du lac en enveloppé croisé sur le ventre, double hamac finition « salt water » pour la préparation du dîner, nœud sur la hanche renforcé pour faire des courses. J’ai été très agréablement surprise ! Nous sommes tout de suite devenues copines. Le stretch et le maintien, une fois l’écharpe ajustée contre mon bébé et moi, sont à tomber. Pas besoin de resserrer, aucun affaissement en vue, pas de réajustement, pas de relâchement. Bref, elle n’a pas bougé. On était comme à la maison ! Cette écharpe pourrait-elle fait preuve de longévité dans votre stash ? Du nouveau-né jusqu’au bambin galopant ? J’en suis certaine ! Nous avons d’abord essayé Bleue avec ma jolie petite tête blonde aux yeux verts de 15 mois. Cependant ma grande de 5 ans adore être portée de temps à autre, surtout depuis l’arrivé de sa petite sœur l’année dernière et qu’elle n’a pas l’occasion d’avoir des câlins en écharpe, alors elle s’est laissée tentée aussi. Alors que Winona ne demande aucun effort particulier avec un nouveau né, elle excelle si votre petit(e) porté(e) a dépassé le stade du bébé. Bleue sera une valeur sûre dans mon stash, c’est une écharpe qui sera utilisée tout au long de l’année sous le climat tempéré suédois – que ce soit pour jouer à la plage, comme bête de somme sur un sentier de montagne ou simplement pour une douce sieste d’hiver à la maison. Sécurisante, délicate, loyale et chaleureuse, peu importe la couleur que vous choisirez, vous tomberez comme nous, sous le charme de Winona.

-

WINONA prune

08/02/2015 • Winona Prune testée par Judith • 75% coton – 25% mérinos • Taille 6 • Largeur : 65 cm avant lavage / 62 cm après lavage • Densité : environ 320 g/m2

Premières impressions

Son design ! Enfin une écharpe qui ne ressemble pas à la tapisserie de ma belle-mère, ni à une nappe guatémaltèque, sans tomber dans les petits animaux… (je me moque, mais j’ai aussi mon lot d’écharpes « tapisserie » et de motifs animaliers). Dessinée à main levée, ce motif géométrique n’est pas parfaitement lisse : les lignes ne sont pas tout à fait droites et les bandes pleines ne sont pas entièrement remplies. C’est d’ailleurs ce qui fait son charme. Il y a normalement 2 séries de motifs de chaque côté (mon proto n’avait qu’un seul motif côté écru, ce qui ne sera pas le cas sur les écharpes à venir). Les ourlets sont faits de sorte qu’il n’y ait ni recto, ni verso : le porteur choisit son côté préféré. Cerise sur le gâteau, la classe ultime d’Hubertine, c’est le logo de la marque, ce petit bonhomme tissé à même la pointe de l’écharpe. Du jamais vu (à ma connaissance) ! Pas question d’acheter une taille 7 pour la couper. Cette fantaisie oblige aussi l’artisan à tisser une écharpe à la fois. Il ne s’agit pas de kilomètres de tissus qui sortent des machines. Du grand art, un petit bijou, je vous dis. Ça se voit et ça se sent que cette écharpe provient du berceau du tissage français. Au toucher, elle est bien dense sans être épaisse. Légèrement texturée, elle allie à merveille la solidité du coton à la douceur du mérinos.

Crash test

C’est une taille 6, relativement étroite avec ses 62 cm après lavage, mais une très, très belle extensibilité diagonale. J’ai rarement vu une aussi belle élasticité sur une tissée machine. Testée au départ avec ma puce de 8 mois, 7 kilos. Nous avons fais un « Popparoo » (nœud Poppin’s avec finition kangourou). Je n’ai pas du tout l’habitude de ce nœud, donc nouage un peu compliqué au départ, mais une fois en place, ça ne bouge pas d’un iota. Nous n’avons fait qu’une petite balade, avec dodo immédiat, ça commençait bien ! S’en sont suivi plusieurs croisés enveloppés en ventral et Sheperd’s Carry au dos. Je suis une adepte du double ou triple couche et j’avais 4,7 mètres de tissus, mais je suis absolument certaine qu’elle passe en simple couche avec une shorty sans cisailler vu sa densité.

Testée ensuite avec mon grand de deux anreview_Winona_Prunes, 13 kilos. Je le porte toujours au dos, en kangourou renforcé, finition Candy Cane. Après une promenade de quelques heures sur les hauteurs de Belleville (avec d’autres Fanas), le résultat est sans appel : soutien à toute épreuve ! Je n’ai pas eu besoin de resserrer une seule fois. Pas du tout de cisaillement au niveau des épaules (même si à la fin, il pèse son poids mon chérubin). Ce fût une balade très agréable. Il y avait longtemps que je n’avais pas porté mon grand aussi longtemps en écharpe et nous avons tous les deux adoré ce gros câlin ! Cette Hubertine est certes plutôt étroite par rapport à d’autres marques, mais mon grand bonhomme de 92 cm est resté bien enveloppé, avec ses bras à l’intérieur tout au long de la balade. Elle nécessitera sans doute un tantinet de rodage à sa sortie du sac, mais qui vaut tellement le coup ! Elle était déjà relativement souple lorsque je l’ai reçue, alors qu’elle n’avait été que lavée et portée 4-5 fois. Deux semaines plus tard, elle était devenue un vrai doudou et je pense qu’on peut encore l’assouplir un peu plus.

Conclusion

Un grand Cocorico pour ce tissage de très grande qualité, fait par des tisseuses expérimentées travaillant pour les plus grandes maisons françaises. Cette Frenchy a l’étoffe d’une grande et n’a rien à envier aux Américaines, aux Anglaises ou aux Bataves. Hubertine, la chic écharpe Made in France.

hubertine winona prune test

• WINONA Prune testée par Judith, avec Julia •

« Légèrement texturée, elle allie à merveille la solidité du coton à la douceur du mérinos. »

Judith, testeuse chic et choc parisienne, est maman de 2 enfants et adepte du portage.